Deux personnages célèbres

Le lieutenant LACOSTE

img-1029.jpgUne rue de Peyrat de Bellac porte ce nom mais beaucoup se demandent, peut-être, qui était Lacoste ?

Son véritable nom était Edmond François MESLET. Adjudant mécanicien dans l'aviation, il avait refusé, dès juin 1940, de subir l'occupation et ses conséquences. Il était un militant actif de la résistance, faisait passer des jeunes gens sur les sous-marins à destination de l'Afrique du Nord. En juillet 1943, il fut obligé de fuir la Gestapo. Arrivé dans la région de Limoges, il se mit en contact avec les membres de la résistance et fut un des premiers à créer, clandestinement, le maquis de l'Armée Secrète. Il se cacha à Peyrat chez Louis BARITAUD, son oncle et à l'époque Maire, qui, avec son épouse et sa fille Renée devenue plus tard René Cluzeau, assumeront les risques de cet hébergement, si jamais la Gestapo remontait jusque là. Il modifia son aspect, se mêla à la population, allant même jusqu'à jouer dans l'équipe locale de football, ce qui n'était pas très prudent.

Ses qualités le faisait apprécier de ses chefs, il avait de l'audace et de la réflexion, de la ténacité et un élan spontané. Il avait la foi qui permet de réaliser de grandes choses. Aussi, avait-il été choisi comme chef de camp. Il était profondément aimé de ses hommes. Il possédait naturellement le sens de l'autorité et pouvait confier à ses subordonnés les tâches les plus dangereuses. Faire sauter un pont, un aiguillage ou un viaduc, on en a tellement parlé que cela semble un jeu d'enfant maintenant. Lacoste entreprit pourtant joyeusement ce travail sans aucune arme alors que la moindre maladresse, la moindre imprudence pouvait lui coûter la vie et celle de ses camarades ; c'est grâce à leur groupe que les coupures furent maintenues sur nos voies ferrées alors que chaque heure perdue par l'ennemi transformait en victoire le débarquement allié sur la côte normande.

Puis, il partit prendre le commandement d'un camp de maquisards. C'était avec entrain qu'il faisait visiter son installation, avec fierté qu'il présentait ses hommes qui se seraient tous fait tuer pour lui. On sentait qu'il vivait véritablement du haut de cette colline d'où il pouvait contrôler les routes des environs. Le 10 août 1944, il partit en mission sur une route près de la Croix du Curé quand des camarades F.T.P. l'invitèrent à monter dans leur voiture afin d'arriver plus vite au but. Un fort convoi allemand déboucha et l'inévitable se produisit. Malgré tout leur courage, ils ne purent lutter que quelques secondes et tous tombèrent. Il est mort loin de sa femme et de sa fille, séparé d'elles depuis plusieurs années et traqué par la police allemande. Il est probable que ces dernières pensées ont été pour celles qu'il aimait.

Charles SILVESTRE

img-005.jpgCharles SILVESTRE est né à Tulle le 2 février 1889 où son père était notaire. Il est décédé à Bellac le 31 mars 1948 et est inhumé à Peyrat de Bellac. Le jeune Charles est confié à la garde du grand-père maternel, Léonard MARCOUX, qui, après avoir été percepteur à Sarlat, finira sa carrière à le Dorat et prendra sa retraite à Peyrat de Bellac. Peyrat de Bellac peut être considéré comme la "Véritable Petite Patrie" de Charles SILVESTRE. Il ne quittera guère la propriété familiale même lorsqu'il aura acheté en 1932, le château des Comtes de la Basse Marche. Jusqu’en 1947, il aura un pied à Peyrat de Bellac et l'autre à Bellac. Il fera de brillantes études, d'abord au "Petit séminaire" du Dorat, puis au "Collège Montalambert" à Limoges. Il passera le baccalauréat à Poitiers avec les félicitations du jury. Sa vie sera consacrée uniquement à la Littérature. En 1924, il reçoit le “Prix Jean REVEL” pour son roman “Aimé VILLARD, Fille de France”. En 1925, il est élu "Président de l'Association littéraire, artistique et scientifique du Limousin". Il se marie avec Mlle Suzanne POPELIN le 24 octobre 1931 à Paris en l'église "Notre Dame des Victoires", mais le mariage ne durera pas et il revient à Peyrat de Bellac se consacrer à la Littérature. Là, il retrouve la gouvernante de sa mère, Louise DEBORDE, qui devient son inspiratrice et sa proche collaboratrice. Originaire de Mortemart, elle lui apprend beaucoup de détails sur le mode de vie du paysan limousin, les travaux des champs au fil des saisons ; elle lui inspire sa description des paysages, des forêts, des animaux, des coutumes et des activités des habitants de la région avec beaucoup de poésie et de vérité. Sur proposition du ministre de l’Education Nationale, Anatole de MONZIE, un décret du 14 décembre 1932 nomme Charles Silvestre "Chevalier de la légion d’Honneur". En 1936, après la parution de "Animaux familiers et farouches" il reçoit le Grand Prix de l'académie Française pour l'ensemble de son œuvre.

Il était bon vivant, aimant la bonne chère abondante, à l'instar de son ami Aimé VALLAT, le peintre bellachon, avec qui il parcourait en moto la campagne et les monts de Blond, chers à MISTRAL. Souvent, on le voyait parcourant le trajet Peyrat de Bellac - Bellac et retour, avec ses deux valises et son pull grenat à col roulé, en compagnie d'amis érudits dont l'industriel bellachon, Eugène ROUVELLOU.

Il est décédé le 31 mars 1948 dans sa "Tour de Bellac". Il est enterré dans le vieux cimetière de Peyrat de Bellac, tout près de sa maison, face à l'église au clocher pointu qui lui a inspiré le poème "L'Eglise des bons paysans". Il gardait une pieuse mémoire pour les défunts et disait : que les morts ne sont pas de mauvais voisins.

C'est pour honorer sa mémoire que le club du troisième âge a pris le nom de Club Charles Silvestre.

Une lettre de Mme Silvestre a remercié les gens de Peyrat de préserver la mémoire de son époux. Romancière de talent sous le pseudonyme de Jacques CHRISTOPHE, elle ne fut pas étrangère à la rédaction finale des romans de Silvestre.